précédent

article 1

prochain

Les 5 à 7 de l'AQAA

mot de l'arrq | 19 OCT 2017

Mylène Cyr, directrice générale

DE NOUVELLES NÉGOCIATIONS SE METTENT EN MOUVEMENT

L’ARRQ a récemment transmis deux avis de négociation afin de débuter des négociations d’ententes collectives. Le premier avis a été adressé à l’ONF au début octobre afin de négocier une toute première entente collective pour les conditions minimales des entrepreneurs indépendants engagés pour exercer les fonctions de réalisateur notamment dans les secteurs de la fiction et de l’animation. Les parties devraient avoir une première rencontre au début novembre. Le 20 septembre dernier, un avis de négociation a été acheminé à l’AQPM afin de renégocier l’entente télévision. Les parties se sont rencontrées le 5 octobre et l’ARRQ a déposé ses demandes.

DIRE NON AU HARCÈLEMENT!

Comment rester insensible à ce mouvement né de l’affaire Weinstein qui affecte le monde du cinéma hollywoodien où de nombreuses actrices sortent de l’ombre afin de dénoncer des abus à caractère sexuel voire même des agressions qui se sont déroulées dans un contexte professionnel. C’est toute une industrie qui est exposée au grand jour et qui se lève pour dénoncer ce type d’agissement alors que plusieurs en avaient connaissance et préféraient détourner les yeux. Cette situation vient de trouver écho chez nous avec les dénonciations de présumées inconduites sexuelles faites par Éric Salvail et Gilbert Rozon. Nous saluons le courage d’une de nos membres, Lyne Charlebois, qui est sortie sur la place publique. Nous tenons à assurer à tous nos membres notre soutien lors d’évènements semblables. Nous savons qu’il n’est pas facile de dénoncer, car le milieu culturel est un milieu fascinant mais difficile et insécurisant où trop peu d’artistes, en grande partie des travailleurs autonomes, réussissent à pouvoir vivre de leur art. Il faut travailler extrêmement fort pour faire sa place au soleil. C’est donc un terrain fertile où les donneurs d’ouvrage ou personnes en autorité peuvent exercer certains abus (à caractère sexuel, harcèlement psychologique, intimidation, etc.). Sachez toutefois que l’ARRQ pourrait enclencher des recours qui peuvent mettre fin à de tels abus lorsqu’ils surviennent dans un contexte de contrats régis par les ententes collectives et demander une indemnisation pour les victimes. Rappelons aussi que tous les membres de l’association ainsi que les non-membres qui se qualifient pour l’assurance collective bénéficient d’un programme d’aide aux employés qui couvre des suivis psychologiques, mais aussi un service de gestion de crise où des rendez-vous avec les professionnels peuvent être fixés dans les 24 à 48 heures suivant l’appel. Pour plus de détails sur ces services, nous vous invitons à suivre ce lien : le PAE

L’ARRQ entend discuter rapidement de ce sujet en rencontre intersyndicale afin de déterminer des programmes de prévention et/ou des actions concrètes à entreprendre.

LES POLITIQUES CULTURELLES … À QUAND LES VÉRITABLES DÉCISIONS?

Lors de la dernière intervention dans cette Infolettre de Gabriel Pelletier, président de l’ARRQ, nous étions à la veille du dévoilement de la vision d’un « Canada créatif » par Mélanie Joly, ministre de Patrimoine canadien, et ce dernier était plutôt pessimiste relativement à ce qui allait être annoncé. Il faut rappeler que le milieu avait été consulté pendant de longs mois et des consensus se dégageaient. Or, malgré ces consensus notamment sur l’imposition de taxes à tous les joueurs d’Internet, le premier ministre Trudeau avait avisé qu’il ne les taxerait pas. Nous étions donc prêts à réagir à l’annonce de la politique du ministère du Patrimoine qui ne pouvait que décevoir. En compagnie de nos partenaires de la Coalition pour la Culture et les Médias, nous avons lancé une cabale qui a trouvé écho auprès des médias et de la population en général. Depuis le lancement de « Canada créatif » le 28 septembre dernier, les réactions pour le moins mitigées ont abondé dans les médias, sur les tribunes publiques, bref pratiquement partout afin de dénoncer cette vision, mais particulièrement l’entente du gouvernement fédéral avec Netflix qui prévoit un investissement de 500 millions sur 5 ans en production canadienne, mais sans quotas de contenu canadien ou de production en langue française. Sans revoir tous les arguments à l’encontre de celle-ci, puisqu’ils sont fort nombreux et ont été abondamment discutés, rappelons que cette entente perpétue l’iniquité fiscale notamment entre les entreprises canadiennes et étrangères qui effectuent du commerce électronique. Ce sujet ne mobilise d’ailleurs pas uniquement que le milieu culturel. Mais ce dernier souffre amèrement du manque de règlementation pour les nouveaux joueurs du numérique qui utilisent les œuvres pour créer leur richesse mais ne contribuent pas au mode de financement de la production originale canadienne.

Toutefois, la ministre annonçait également la réforme de la Loi sur le droit d’auteur en nous assurant qu’elle travaillerait d’arrache-pied afin que les intérêts des créateurs soient défendus et que ceux-ci soient rémunérés de façon équitable. Du même coup, l’on nous annonçait que les Loi sur la radiodiffusion et Loi sur les télécommunications seraient également revues de façon à tenir compte de l’environnement numérique. Bien qu’il s’agisse là d’une bonne nouvelle, la remise à plus tard d’actions concrètes maintes fois réclamées et l’annonce d’une nouvelle ronde de consultations, notamment au CRTC, est une déception. Nous devrons une fois de plus déposer des mémoires, répondre à des questions et argumenter nos positions avec le sentiment que la partie est déjà jouée de toute façon, le gouvernement ayant annoncé ses couleurs. Il faudra donc continuer de mobiliser l’opinion publique face à ce gouvernement qui « semble ne pas nous entendre », comme le disait Gérard Filion à Tout le monde en parle.

Au niveau de la politique culturelle provinciale, nous avons également, pendant près de 18 mois, participé aux consultations et forums. En août dernier nous participions, en présence de plusieurs autres associations d’artistes, à un comité d’étude sur les conditions socio-économiques des artistes et travailleurs culturels qui devait notamment guider la prochaine politique culturelle sur cette question. Tout au long de ces rencontres, nous avons formulé plus d’une soixantaine de recommandations sur la rémunération, le filet social, les programmes gouvernementaux, la fiscalité, etc. Bien que nous soyons à moins de 3 mois de la date fatidique pour le dépôt du plan d’action de la politique culturelle, voilà que le gouvernement procède à un remaniement ministériel. Le ministre Fortin qui était en poste depuis moins de deux ans et qui a entendu toutes et chacune de nos représentations a dû céder sa place à une nouvelle ministre, totalement étrangère au milieu culturel, avec qui il semble que nous devrons recommencer à zéro.

Tant le gouvernement fédéral que provincial ont dit, confirmé, certifié que la culture était importante, qu’elle nous définissait. Mais quand vient le temps de passer de la parole aux actes, on ne peut que constater que leurs priorités sont ailleurs. Ce sera donc à nous de passer à l’action! 

retour aux actualités

autres mot de l'arrq

ÉBRANLÉ

Le milieu artistique est présentement « ébranlé » par une série de dénonciations de harcèlement, soient-ils psychologiques ou sexuel...

mot de l'arrq | 16 NOV 2017

Mylène Cyr

- NOUVELLES NÉGOCIATIONS - NON AU HARCÈLEMENT! - POLITIQUES CULTURELLES

mot de l'arrq | 19 OCT 2017

Continuité, Équité, Soutien

Vous avez sans doute vu passer le Manifeste pour la pérennité et le rayonnement de la culture et des médias nationaux à l’ère numéri...

mot de l'arrq | 19 SEP 2017

Diversité culturelle

La diversité culturelle est devenue un des enjeux prioritaires du moment.

mot de l'arrq | 8 JUN 2017

Une bonne et une mauvaise nouvelle

On ne s’étonnera pas que la mauvaise nouvelle nous vienne une fois de plus du CRTC.

mot de l'arrq | 24 MAI 2017

Un régime d’assurance collective en bonne santé

Malgré une augmentation du niveau de réclamations et grâce à une saine gestion, nous sommes en mesure de maintenir nos garanties. 

mot de l'arrq | 9 MAI 2017

Les documentaristes sont les premiers menacés

Avec toutes ces dépenses, on se demande ce qu’il leur reste pour vivre.

mot de l'arrq | 25 AVR 2017

Chers membres,

Au plaisir de vous rencontrer bientôt. Mylène Cyr

mot de l'arrq | 11 AVR 2017

BUDGET PROVINCIAL : Quelques bonnes nouvelles

Dans le budget des dépenses annoncé hier, certaines des demandes du milieu audiovisuel ont trouvé écho.

mot de l'arrq | 29 MAR 2017

Changement à la direction générale de l’ARRQ

Mylène Cyr remplacera Caroline Fortier, en poste depuis six ans.

mot de l'arrq | 7 MAR 2017