précédent

Classe de maître - Festival Les Percéides

prochain

Formation - Entente long métrage (Dramatique et documentaire)

mot de l'arrq | 29 AOUT 2018

Nous sommes des créateurs


Ça devrait être évident. Pourtant, lors de consultations récentes avec des RÉALS, plus particulièrement ceux qui travaillent en télévision, le rythme de travail de plus en plus effréné qu’on leur impose pour arriver à livrer des émissions concurrentielles avec les budgets limités dont ils disposent a pour résultat de rogner sur leur créativité. Il y a de moins en moins de temps pour la création. De plus en plus, les réunions avec les collaborateurs au moment de la production posent la question du « comment allons-nous arriver à tourner ça à l’intérieur de cet horaire et avec ces moyens? » plutôt que de poser la question du « comment rendre cette émission la plus créative et exceptionnelle possible ? ».

Une réflexion de toute notre industrie s’impose et elle devrait impliquer tous ses acteurs ; artistes, artisans, producteurs et diffuseurs. Nous aurons sans doute l’occasion d’en reparler car le phénomène n’est pas nouveau et il dure depuis assez longtemps pour qu’on passe bientôt en mode solution.

Mais en attendant ce moment, l’ARRQ a voulu encourager et célébrer la créativité des réalisateurs à sa façon.  Comme pour rappeler que nous sommes d’abord et avant tout des créateurs. C’est ainsi que nous avons mis en place les bourses de démarrage ARRQ, maintenant dans leur deuxième année d’existence, et, pour leur première édition cette année, les PRIX RÉALS.

Dans les deux cas, des RÉALS se penchent sur le travail de leurs collègues. Certes, d’autres organismes financent ou récompensent le travail de réalisation, mais nous considérions important que les premiers concernés aient un mot à dire sur leur métier.

Cet été, un jury de pairs a accordé cinq bourses de démarrage qui vont permettre à des RÉALS de prendre un peu de temps pour créer, pour explorer des idées avant de les proposer en production. Tous les projets soumis étaient d’une qualité exceptionnelle, mais puisqu’il fallait choisir, le jury s’est arrêté sur les projets dont les « pitchs » se démarquaient le plus. Ils vont du court métrage documentaire à la télésérie de fiction en passant par le long métrage, qu’il soit documentaire ou de fiction. Les heureux élus s’appellent Sophie Goyette, Helgi Piccinin, Mathieu Quintal, Guillaume Fortin et Hervé Baillargeon. À tous, je souhaite de voir leurs projets se concrétiser comme ils les ont rêvés.  Je leur souhaite aussi de pouvoir avancer leur carrière grâce à ces œuvres qui les passionnent.

Le 25 septembre prochain, les PRIX RÉALS couronneront des œuvres déjà tournées cette fois. Trois prix dans des catégories qui veulent englober l’ensemble des déclinaisons du métier de réalisateur que l’ARRQ représente, peu importe le format, le genre ou le mode de diffusion. Pas question ici de dupliquer les prix Gémeaux ou les prix Iris qui reconnaissent déjà la qualité de création artistique en réalisation. Outre la qualité, les PRIX RÉALS veulent souligner plus particulièrement des œuvres qui se démarquent par leur aspect innovant et contribuent ainsi à faire évoluer notre profession. Je vous invite donc à venir fêter la création et l’innovation avec vos collègues et amis. On n’y parlera pas d’horaire, promis. Seulement du plaisir de créer.

retour aux actualités

autres mot de l'arrq